Comme partout où la nature s'exprime par des ouvrages étranges et impressionnants, les gens de la région de Vallorbe ont depuis toujours été fascinés par ce mystérieux jaillissement d'eau pure que constitue la «source» de l'Orbe. Jusqu'à la fin du siècle dernier, la montagne dominant Vallorbe resta préservée de toute incursion (aucune voie naturelle visible). et son secret demeura impénétrable.

La légende de Donat

Il y a bien longtemps, dans les temps anciens, un jeune et beau forgeron de Vallorbe du nom de Donat s'aventura dans la grotte pour vérifier si réellement elle était habitée par des fées. Fatigué de sa promenade, il s'assoupit sur un lit de fougères. A son réveil il trouva une fée qui lui demanda de rester vivre avec elle dans la grotte. Donat se vit offrir une pièce d'or et une perle par jour ainsi que l'accès à la connaissance, et ce pendant un siècle. La fée lui interdit toutefois de la voir dans ses appartements. C'est pourtant ce qu'il fit quelques jours plus tard alors qu'elle dormait ; il put remarquer ses pieds en forme de patte d'oie. La fée s'éveilla et le chassa de la grotte, lui recommandant de ne rien révéler de ce qu'il avait vu. Donat raconta tout et ses pièces d'or se transformèrent en feuilles mortes. Dépité, il quitta le pays et on ne le revit jamais.

 

C'est la source elle-même que de courageux explorateurs choisissent de sonder en premier : en 1893 un plongeur-scaphandrier descend à 11 mètres de profondeur.
Bien que la liaison souterraine entre la Vallée de Joux (lac Brenet) et la source de l'Orbe soit prouvée avant 1900, il faut attendre les années 60 pour que des équipements plus fiables permettent de nouvelles tentatives... En 1966 plusieurs centaines de mètres de galeries ont déjà été découverts. Une société est alors fondée dans le but d'aménager la cavité dans un but touristique. Pour ce faire on décide de forer une première galerie artificielle, permettant ainsi d'atteindre la caverne à pied sec.

Après plusieurs années d'exploration soutenue et de travaux divers, Les Grottes de l'Orbe sont ouvertes au public, en 1974. Dès lors l'infrastructure et les aménagements ne cessent d'être améliorés : par exemple, pour atteindre les parties éloignées on fore une deuxième galerie.

Dès 1992 la grotte propose un espace alvéolaire accueillant une exposition permanente de minéraux, le «trésor des Fées».
Le rythme des découvertes s'est normalement calmé depuis la fin des années 70, puisqu'il est devenu de plus en plus difficile de trouver des continuations ; ceci n'a pas empêché la Société Suisse de Spéléologie (SSS) de persévérer dans la progression souterraine, de siphon en siphon.
De belles surprises en perspective !


Le Trésor des Fées.