Acide humique : acide organique provenant de la décomposition du tapis végétal (humus).

Affleurement : partie d'un terrain visible à la surface de la terre.

Alluvions : sédiments des cours d'eau et des lacs composés de galets, de gravier et de sable en dépôts.

Anhydrite : sulfate CaSO4 qui, au contact de l'eau, s'hydrate et donne du gypse.

Anticlinal: ensemble de couches géologiques plissées, formant un pli convexe.

Apulie : microcontinent rattaché à l'Afrique au début de l'ère secondaire (on parle de promontoire apulien), limité au nord par la Téthys, et qui est venu se souder à l'Europe en formant les Alpes pendant l'ère tertiaire. Aujourd'hui, la plaque apulienne (appelée aussi plaque helllénique ou adriatique) comprend l'Italie, l'Adriatique (mer peu profonde à croûte continentale), l'ex-Yougoslavie et la Grèce.

Argile : roche (terre) sédimentaire provenant de la décomposition de feldspaths, micas (…), imperméable et plastique.

Argovien : ancien étage du Jurassique sup., équivalent à la base de l'Oxfordien.

Arkose : grès riche en feldspaths ; aussi le résultat d'arénites solidifiées.

Asthénosphère : partie du manteau située sous la lithosphère, chaude et plastique.

auge (glaciaire) : vallée glaciaire à laquelle le creusement par la glace donne une forme de "U" caractéristique.

Autochtone : terrains qui n'ont pas été sensiblement déplacés par des mouvements tectoniques depuis leur formation.

Basalte : roche volcanique la plus abondante de la croûte terrestre, épanchée sur une partie des continents et sur presque tous les fond des océans, où elle forme des laves en coussins. Sa couleur noire et sa densité sont dues à sa richesse relative en fer.

Bassin versant : ensemble des pentes inclinées vers un même cours d'eau et y déversant leurs eaux de ruissellement.

Briançonnais : domaine paléogéographique alpin en forme de péninsule ou, de temps à autre, d'île allongée. La sédimentation marine de plateforme y était souvent très lacunaire ; attaché probablement à la plaque ibérique pendant le Jurassique, le Briançonnais était bordé au sud par l'océan piémontais puis, pendant le Crétacé, au nord par l'océan valaisan.

Calcaire bioclastique : calcaire à éléments fossiles, entiers ou sous forme de fragments, d'origine animal ou végétal, ayant été transportés ou non.

Calcaire spathique : calcaire particulièrement bien cristallisé.

Calcite : carbonate naturel de calcium , cristallisé (CaCo3).

Chalcopyrite : sulfure CuFeS2 ; principal minerai de cuivre.

Chevauchement : 1. mouvement tectonique conduisant un ensemble de terrains à en recouvrir un autre par l'intermédiaire d'un contact anormal peu incliné.
2. recouvrement résultant de ce mouvement.

Cisaillement : plan de cassure, et déplacement suivant ce plan, dans une masse rocheuse.

Combe : dépression anticlinale.

Concrétion : épaississement par accumulation de matière autour d'un noyau (ex. stalagmites : concrétions calcaires).

Cornieule : roche sédimentaire carbonatée, vacuolaire, de teinte jaune, brune, donnant des reliefs ruiniformes. Ces roches sont fréquentes dans le Trias des Alpes, presque toujours à proximité de couches gypseuses, jalonnant fréquemment des surfaces de chevauchement.

Corrosion : action de corroder, de ronger, attaque d'une roche, d'un matériau par des agents chimiques, par des eaux agressives. Implique un enlèvement de matière et s'applique surtout à l'attaque de matériaux.

Cuivre : métal rouge orangé, malléable et ductile, s'altérant superficiellement à l'air.

Dalle monoclinale : dalle dont les couches sont inclinées dans le même sens, sur une vaste étendue.

Décrochement : faille verticale, ou presque, séparant des compartiments qui se sont déplacés l'un par rapport à l'autre uniquement dans le sens horizontal et parallèlement à cette faille.

Delta : embouchure d'un fleuve, dans la mer ou dans un lac, généralement divisée en plusieurs bras, où s'accumulent les sédiments dans une zone de forme grossièrement triangulaire.

Diaclase : cassure dans la roche sans déplacement relatif des parties séparées.

Diagenèse : ensemble des processus qui affectent un dépôt sédimentaire et le transforment progressivement en roche sédimentaire solide.

Doline : dépression circulaire ou elliptique, généralement moins profonde que large, située à la surface des roches solubles, telles le calcaire, et résultant de leur dissolution chimique.

Dolomie : roche parente du calcaire, faite de carbonate de magnésium et de calcium.

Eaux météoriques : eaux atmosphériques, provenant des précipitations.

Eboulement : amoncellement chaotique et événementiel de blocs importants se détachant en masse d'une paroi.

Eboulis : accumulation régulière de fragments rocheux déplacés par gravité, et donnant des nappes ou des talus.

Emposieu : perte, entonnoir naturel dans lequel s'écoulent les eaux météoriques.

Etiage : le plus faible débit d'un cours d'eau durant l'année.

Exsurgence : source karstique dont l'eau ne provient pas d'une perte, mais de condensations internes et d'infiltrations.

Faciès : catégorie dans laquelle on peut ranger une roche ou un terrain.

Faille : cassure dans la roche avec déplacement relatif des parties séparées.

Filon : lame de roche, épaisse de quelques centimères à quelques mètres, recoupant les structures de l'encaissant.

Fluorescéine : matière colorante fluorescente en solution ; c'est ce qui est utilisé la plupart du temps pour effectuer des colorations d'eau.

Gangue : ensemble des roches ou des minéraux sans intérêt pratique entourant des minerais ou des gemmes dans leurs gisements.

Gélifraction : fragmentation des roches cohérentes sous l'effet des alternances de gel-dégel de l'eau contenue dans les fissures.

Glacis : forme du relief consistant en une surface plane et peu inclinée (quelques degrés).

Glauconie : association de minéraux argileux à forte teneur en fer.

Gneiss : roche métamorphique ( issue le plus souvent de granite) d'aspect rubané aux surfaces miroitantes, dû à l'orientation préférentielle des minéraux.

Graben : structure tectonique constituée par des failles normales de même direction, et limitant des compartiments de plus en plus abaissés en allant vers le milieu de la structure ; elle peut se traduire par un fossé d'effondrement.

Granite : roche magmatique dure et grenue très commune, formée de cristaux de feldspath, de quartz et de mica ou d'amphibole.

Graphite : "charbon" formé de carbone pur ; terme ultime de l'évolution du charbon, dû au métamorphisme.

Grès : roche due à la cimentation d'un sable siliceux.

Gypse : sulfate hydraté (CaSO4, 2H2O), soluble dans l'eau, fréquent dans les roches sédimentaires. Par chauffage, il se déshydrate plus ou moins et donne des formes qui, réduites en poudre, constituent le plâtre.

Hydrogéologie : partie de la géologie qui s'occupe de la circulation des eaux dans le sous-sol.

Hypogé : souterrain.

Intertidal : situé entre la basse et la pleine mer.

Joint de stratification : discontinuité séparant deux couches de même nature pétrographique (même roche).

Limon : dépôt terreux, argileux, à grain très fin, continental et d'origine fluviatile.

m : mètre(s).(convention d'écriture).

Ma : million(s) d'années (convention d'écriture).

Marbre : roche métamorphique dérivant de calcaires ou de dolomies.

Marge : zone de transition ou de séparation entre croûtes continentale et océanique. Passive lorsque océan et continent appartiennent à la même plaque lithosphérique, active dans le cas contraire.

Marmite d'érosion : cavité circulaire, pouvant atteindre quelques mètres, creusée dans le lit rocheux d'une rivière (aérienne ou souterraine) par le mouvement tourbillonnaire de l'eau chargée de sables et de graviers.

Marne : roche sédimentaire constituée d'un mélange de calcaire et d'argile.

Méandre : sinuosité arrondie et régulière décrite par un cours d'eau.

Méridional : situé au sud.

Métabasalte : toute roche métamorphique dérivant d'un basalte.

Métamorphisme : processus lié à une augmentation de la température et de la pression dans la lithosphère qui fait recristalliser et se réorienter les minéraux des roches.

Mica : minéral se débitant en feuillets, en paillettes brillantes , présent dans tous les types de roches.

Molasse : formation sédimentaire ( grès, marnes, conglomérats) constituée de dépôts provenant de la désagrégation de terrains fraîchement soulevés (ex. bassin molassique suisse issu de l'érosion alpine).

Moraine : forme d'accumulation de blocs et matériaux arrachés puis déposés par le glacier.

N,S,E,W : nord, sud, est, ouest (conventions d'écriture).

Nappe (de charriage) : vaste couche rocheuse séparée de sa base primitive et déplacée sur sa base actuelle.

Nappe phréatique : nappe d'eau souterraine libre, peu profonde et accessible aux puits habituels.

Néotectonique : ensemble de déformation affectant un système montagneux déjà formé, et qui consistent essentiellement en cassures verticales.

Nodule : masse globuleuse (inférieure à 1 m).

Orogenèse : mécanisme complexe de construction d'une chaîne de montagnes.

Orogenèse hercynienne : orogenèse débutant au Dévonien et se terminant avec le Permien (ère primaire) ; responsable de la formation de la chaîne hercynienne.

Paléo- : préfixe d'origine grecque signifiant "ancien".

Pélagique : relatif à la haute mer.

Pendage : angle entre une surface (couche) et un plan horizontal.

Pénéplaine : surface de grandes dimensions à peu près plane, parcourue par des cours d'eau à faible pente, et qui résulte de l'action prolongée de l'érosion et en constitue le stade final en l'absence de rajeunissement du relief.

Pennique : caractérise le zone (géologique) des Alpes internes, s'étendant globalement au sud du Rhône, et dont les socles et les couvertures se ressemblent.

Pérenne : qui dure toute l'année, ininterrompu , permanent, qui ne tarit pas en parlant d'une source, d'un cours d'eau, s'oppose à intermittent, saisonnier, mais n'indique pas une notion de constance, de régularité du débit.

Phénomènes karstiques : phénomènes s'appliquant aux reliefs calcaires érodés par l'action dissolvante des eaux de ruissellement.

Piémontais : domaine océanique paléogéographique alpin né en même temps que l'Atlantique central, lors de l'océanisation de la Téthys au Lias. L'océan piémontais s'élargit pendant le Jurassique et se referma pendant le Crétacé.

Plaque : grande portion de lithosphère mobile à la surface du globe, limitée par des dorsales, des zones de subduction, ou des failles, Une plaque peut être océanique (ex. la plaque pacifique) ou continentale et océanique (ex. la plaque africaine).

Postglaciaire : (événement) qui s'est produit après la dernière glaciation.

Prasinite : d'aspect massif, ces roches à fins grains et de couleur verte avec des éléments millimétriques blancs sont constituées de chlorite et de feldspaths. Elles résultent du métamorphisme de métabasaltes ou de cendres volcaniques.

Prisme d'accrétion : montagne sous-marine allongée qui se construit à l'aplomb d'une zone de subduction. Le prisme s'édifie par raclage du plancher océanique.

Puissance : épaisseur d'une couche ou d'une série de couches mesurée perpendiculairement à la stratification (épaisseur réelle).

Pyrite : sulfure naturel de fer (FeS2), dont l'éclat est métallique, jaune vif ou doré, largement répandu en masses, veines et cristaux isolés dans des filons hydrothermaux et diverses autres roches.

Quartz : forme cristalline commune de la silice (SiO2), appelée à l'état pur "cristal de roche" ; élément constitutif fréquent des roches cristallines (granites).

Quartzite : roche dure et blanchâtre, riche en quartz d'origine sédimentaire (grès quartzeux recristallisé).

QUaternaire : ère géologique la plus récente (env. de 1,5 Ma à nos jours).

Récif : groupe de rochers à fleur d'eau.

Récif corallien : masse construite par des coraux dans les eaux chaudes et claires.

Régression : retrait de la mer en deçà de ses limites antérieures.

Résurgence : "source" d'où réapparaît un cours d'eau, après un cheminement souterrain.

Roche encaissante : terme désignant des terrains dans lesquels s'est mis en place un massif intrusif.

Roches moutonnées : roches résistantes et massives à suface polie ayant subi une corrosion de type glaciaire.

Schiste : nom général des roches à texture feuilletée pouvant se diviser mécaniquement en lames. Etat d'une roche divisible en feuillets minces. Exemple : l'ardoise.

Schistes lustrés : groupe de roches métasédimentaires d'origine océanique, devenues schisteuses et brillantes par le métamorphisme alpin. En Valais notamment, les schistes lustrés sont les témoins sédimentaires de l'océan piémontais disparu au cours du Crétacé.

Sédiment : dépôt naturel formé au fond de l'eau sous l'action de la gravité. Selon leur origine on distingue des sédiments continentaux, marins, lacustres, fluviatiles.

Senestre : se dit d'un décrochement dont les compartiments, vus de dessus, se déplacent vers la gauche l'un par rapport à l'autre.

Séricite : terme désignant les très petits cristaux de mica blanc.

Serpentinite : roche métamorphique compacte dont la masse vert sombre est traversée par de petits filons fibreux, et dérivant de roches magmatiques basiques à base de serpentine.

Silex : roche siliceuse constituant des accidents dans des couches calcaires, formée de silice d'origine biochimique, précipitant dès le début de la diagenèse dans le sédiment encore noble.

Solution hydrothermale : corps se rapportant aux circulations d'eaux chaudes à la fin de la cristallisation d'un magma ; prélevés dans des roches encaissantes, ils peuvent ensuite précipiter et se concentrer en filons.

Stalactite : concrétion calcaire qui se forme à la voûte d'une grotte par l'évaporation des gouttes d'eau qui filtrent.

Stalagmite : concrétion calcaire analogue à la stalactite, mais s'élevant en colonne depuis le sol.

Stratification : disposition en couches superposées.

Stratigraphie : étude descriptive des strates (couches), de leur lithologie, de leur contenu fossilifère, de leur succession, de leurs relations mutuelles et de leur classification chronologique.

Subduction : plongement des plaques lithosphériques, le plus souvent océaniques, dans l'asthénosphère. Les zones de subduction sont localisées généralement à la limite entre les continents et les océans, mais elles peuvent se situer aussi en plein océan (Pacifique). Dans les deux cas, au bout d'un certain nombre de millions d'années, elles provoquent la construction d'un arc volcanique et d'un prisme d'accrétion.

Substratum : terme général désignant ce sur quoi repose une formation géologique prise comme référence.

Supratidal : situé au-dessus du niveau de la pleine mer.

Synclinal : ensemble de couches géologiques plissées, formant un pli concave.

Tectonique : branche de la géologie étudiant les dislocations et déformations subies par les roches de l'écorce terrestre lors d'une phase postérieure à leur formation.

Téthys : durant les ères secondaire et tertiaire, mer située entre l'Eurasie et l'Afrique, en partie à l'emplacement approximatif de l'actuelle Méditerranée.

Transgression : Avancée de la mer au-delà de ses limites antérieures.

Travertin (tuf calcaire ou sédimentaire): roche sédimentaire calcaire continentale à aspect concrétionné, vacuolaire. Ces roches se déposent aux émergences de certaines sources (précipitation des carbonates activée par les turbulences et la perte en CO2).

Urgonien : faciès du Crétacé inf. constitué par d'épaisses masses de calcaires blancs à Rudistes (mollusques bivalves). Son âge peut aller du Barrémien à l'Aptien.
























 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






FIN DU GLOSSAIRE.