LA FORMATION DU JURA

L'histoire géologique du Jura commence dans les eaux tropicales jurassiques qui recouvrent toute la région pendant des millions d'années. C'est à cette époque que se déposent, en milieu marin côtier, les sédiments qui constitueront par la suite le substratum calcaire et marno-calcaire (alternance) typiquement jurassien.



La région du Jura est libérée des eaux au Crétacé (env. 140 Ma), et dès lors les eaux météoriques commencent à éroder les surfaces calcaires nouvellement émergées. Vers 50 Ma, de nombreuses failles s'ouvrent suite à la formation du «graben» (fossé d'effondrement) du Rhin. Vers 6 Ma la mer se retire. Dès lors l'érosion accomplit son travail sur un relief qui va se plisser suite à des poussées d'origine "alpine". Plus précisément, les structures plissées de la couverture jurassienne résultent du déplacement mio-pliocène (vers le nord-ouest) d'un "piston" constitué par le bassin molassique (Plateau) et actionné par les poussées alpines. Les masses calcaires jurassiennes se décollent de leur substratum pour s'avancer, en forme de faucille, dans la brèche entre le massif central et les Vosges françaises. Le résultat assez peu impressionnant de cette première phase est déjà entamé par l'érosion quand une deuxième poussée, plus forte, soulève de "hautes" chaînes le long du bord septentrional du Plateau. Le Jura, dont le déplacement des couches est estimé entre 2 et 25 km, présente trois aspects dans sa formation :

  • Le Jura des Plateaux, avec une surface légèrement ondulée, dans laquelle ce ne sont pas des sommets de plissement mais des parties rocheuses plus dures qui forment des séries de hauteurs en forme de nervures (Franches-Montagnes) ;
  • Le Jura plissé, avec des crêtes s'allongeant parallèlement et qui sont séparées par des vallées synclinales longitudinales et sont maintes fois interrompues par de profondes cluses ;
  • Dans le Jura tabulaire (campagne bâloise, Ajoie), les processus orogéniques n'ont pas été en mesure d'adapter les couches de calcaire au sous-sol cristallin. Elles conservent donc leur position plus ou moins horizontales, et, perturbées par des brèches orientées sud-nord, forment des plateaux tabulaires avec des vallées aux parois abruptes.

Cet épisode tectonique célèbre met un terme à la mise en place du Jura, une chaîne décidément très jeune (de 10 à 4 Ma ou de 5 à 2 Ma, selon les auteurs). Les glaciations successives n'affectent que peu le relief jurassien et c'est surtout durant les derniers millénaires, postglaciaires, que le modelé karstique prend sa silhouette définitive. Bien que parfois actives, la plupart des cavités jurassiennes sont aujourd'hui fossiles.