LA FORMATION DES ALPES

[Le grand écartement : déchirure de la Pangée et ouverture de la mer Thétys]

Ily a 250 Ma, les parties émergées de notre terre formaient un seule terre bien compacte : la Pangée. Ce super-continent s'est cassé, entraînant l'éloignement de ses morceaux et l'ouverture de la Thétys à la place de l'actuelle Méditerranée. L'Atlantique central s'ouvre à la même époque. Dans le même temps le nouveau continent africain se lance dans un mouvement rotationnel et pendulaire de direction sud-est puis nord-est.

[Le rapprochement : subduction océanique et collision continentale]

Début de la subduction
Remontant vers le nord, l'Afrique referme une partie de l'océan piémontais (ex Thétys). Il y a 120 Ma, le plancher de cet océan plonge (= subduction) sous l'Apulie, un morceau désolidarisé de l'Afrique. Une grande partie de la croûte océanique s'enfonce en profondeur alors qu'une autre, rabotée, s'accumule sur le rebord du continent apulien en un «prisme d'accrétion»

Rapprochement amené par deux subductions
Vers 100 Ma l'Atlantique nord s'ouvre. Du coup l'Ibérie,chassée vers le sud-est, se sépare de l'Europe. La pointe est de la plaque ibérique (= territoire briançonnais) est entraînée à la suite de l'océan piémontais sous l'Apulie.
Vers 80 Ma l'élargissement de l'Atlantique nord chasse l'Europe vers l'est. Du coup l'océan valaisan, en phase d'ouverture depuis 20 Ma, se referme prématurément ; sa subduction sous le microcontinent briançonnais se poursuit, formant le prisme d'accrétion valaisan. L'Europe suit le mouvement mais la croûte continentale, trop légère, ne peut s'enfoncer entièrement dans le manteau terrestre.


Blocage de la subduction et collision plastique
Il y a 40 Ma toutes ces plaques, formées chacunes de nombreuses couches géologiques, entrent en collision et se plissent en profondeur. Ces immenses ensembles de roches sont appelées nappes (de charriage).

Dernière phase de la collision : le soulèvement des Alpes
Il y a 30 Ma, la compression devient telle en profondeur que l'affrontement des forces se poursuit en hauteur... Les Alpes se soulèvent, aussitôt rongées par l'érosion de l'eau, d'abord sous forme liquide, puis solide lors des glaciations.

(D'après M.Marthaler)