Bien qu'aucun écrit ne puisse le confirmer, l'existence de la cavité est connue depuis fort longtemps, alors que St-Léonard n'était encore qu'un petit hameau retiré dans une vallée rhodanienne presque isolée du monde. Le mystère de la grotte ne réussit jamais à convaincre qui que ce soit de s'aventurer à l'intérieur, même plus tard lorsque les vignerons venaient rafraîchir leurs boissons dans cette eau silencieuse qui s'enfonçait dans les profondeurs de la terre.

Légendes

Il y a très longtemps un jeune homme s'était rendu près de l'entrée du lac souterrain pour y poser des pièges. Apercevant d'étranges feuilles comme pétrifiées, il en ramassa une et soudain la caverne souffla, ridant les eaux du lac... Quelle ne fut pas la surprise du bonhomme lorsqu'il vit deux «Louis» d'or dans ses mains, à la place de la feuille. Malheureusement pour tous ceux qui tentèrent de renouveler l'expérience, plus rien de semblable ne se produisit.


On dit aussi qu'à la même époque les jouvencelles en âge de se marier pouvaient voir apparaître sur l'eau sombre l'image de leur futur époux, et ce uniquement le soir du 24 décembre à minuit.

 

La première visite du lac s'est faite au printemps 1943 par deux courageux membres de la Société Suisse de Spéléologie. A l'aide d'un canot pneumatique ils traversent le plan d'eau dans toute sa longueur et débarquent sur la plage du fond, émerveillés par l'ampleur et la beauté des lieux. L'année suivante, des militaires spécialisés dans les reconnaissances souterraines effectuent le relevé topographique complet de la cavité.

En 1946, un tremblement de terre (amplitude 5,6 sur l'échelle de Richter / épicentre zone du Rawil) provoque des fissures supplémentaires, notamment dans le fond du lac, ce qui entraîne une plus grande perte d'eau qui s'échappe de la grotte pour se déverser dans la nappe phréatique. Les fissures sont petit à petit colmatées par le petit matériel du fond (argiles, gypse dissous).


1949 : Le lac est rendu accessible au public.


1950: Le révérend de la paroisse bénit la grotte et la place sous la protection de Notre-Dame des Gouffres, dont une statue est placée sur la plage du fond.


Depuis ces années, de nombreux travaux ont été effectués pour la sécurité et le confort des visiteurs : consolidation du plafond, accès facilité, barques mieux adaptées, restauration, kiosque, et tout récemment aménagement d'une superbe terrasse dominant la vallée du Rhône. Tous ces efforts ont contribué à faire du lac souterrain de St-Léonard la grotte la plus visitée de Suisse.




Première photographie d'une embarcation sur le lac souterrain.
(Excursion initiale, avril 1943)